Votre selection

Arles, la Camargue… en Provence

Un territoire et une lumière singulière qui depuis toujours inspirent les artistes et les créateurs, qu’ils soient comédiens, peintres, photographes ou musiciens…

 

LA PEINTURE

 

Vincent Van Gogh à Arles

La révélation Vincent Van Gogh est certainement celui qui aura le mieux capté les lumières de la ville !
L’artiste arrive à Arles un jour de février 1888 à la recherche de lumière. Commence alors une période de travail intense et passionné dans la lumière du midi. Le séjour arlésien est l’époque la plus productive de l’artiste. Il créera plus de 300 oeuvres en 15 mois !
Parmi les plus emblématiques : Le Café La Nuit et Nuit étoilée sur le Rhône. Si aucune oeuvre n’est exposée de façon permanente à Arles, on retrouve les décors qui l’ont inspiré à chaque pas.

 

+ d’infos

LA PHOTO

Arles, la photo et Lucien Clergue, l’enfant du pays. Le photographe, né en 1934, fut un proche de Pablo Picasso malgré leur différence ’âge. « Les photos de Clergue sont les carnets de croquis du Bon Dieu », lancera le peintre à l’encontre de son jeune ami.
Au milieu des années 60, il oeuvre également à la création du fonds photo du musée Réattu, qui devient le 1er musée des Beaux-Arts à accueillir des oeuvres photographiques d’artistes internationaux, comme Richard Avedon, Cecil Beaton, Robert Doisneau, Man Ray, Dora
Maar… En 1969, il fonde, avec un petit groupe d’amis photographes, les Rencontres de la Photographie.

+ d’infos

LES GALERIES D’ART

Arles est rythmée par une programmation culturelle variée, qui égrène tout au long de l’année évènements et manifestations autour de l’art contemporain. La ville compte plus de 300 galeries pendant l’été !

+ d’infos

LE LIVRE

La littérature est omniprésente à Arles, les éditions Actes Sud et le pôle culturel du Méjan font référence. Mais la littérature et le goût des mots à Arles ce sont aussi, les assises de la traduction, une quinzaine de maisons d’édition, des librairies pointues, le centre de conservation du livre, les métiers de l’imprimerie, ainsi que le Festival Arles se livre !

Des librairies engagées

Actes Sud au Méjan. Voilà un objet culturel complet, une maison d’édition, une librairie à se pâmer, une table gourmande et conviviale, un cinéma d’art et d’essai, des expositions et même un hammam, le tout dans la Chapelle Saint-Martin du Méjan et les bâtiments attenants. Sur les bords du Rhône, donnant sur la place bien nommée Nina Berberova, ce lieu est un bonheur pour les amateurs de lecture, de culture et ouvert à tous avec une grande envie de partage.

La Librairie Les Grandes Largeurs, accueille régulièrement lectures, expositions, concerts et ateliers pour enfants.

De Natura Rerum. Installée dans une jolie maison arlésienne à deux pas de l’amphithéâtre De Natura Rerum (Dans la nature des choses) est la deuxième librairie de France dédiée à l’Antiquité. Mais c’est aussi une galerie d’art et une cave à bières brassées dans la région.

La Librairie du Palais a rouvert ses portes en 2020. Dédiée à la photographie, elle propose un espace «vintage»: livres rares et tirages photographiques anciens.

D’autres belles librairies méritent le détour comme Off Print (Fondation Luma). Cet éditeur et libraire édite des ouvrages pointus d’art contemporain, de photographie et de graphisme.

+ d’infos

LA MUSIQUE

Les Suds, en hiver Février
Le festival «Les Suds à Arles» prend ses quartiers d’hiver.
Déclinaison de la version estivale, le festival investit le Pays d’Arles pour une semaine de programmation musicale
exigeante et variée.

Les Suds Arles Juillet
Depuis 25 ans, les Suds proposent une programmation foisonnante de musiques du monde. Durant 7 jours et 6
nuits, plus de 60 concerts se déroulent au coeur de la ville, des stages et master classes de danse, voix et musiques
du monde… C’est une grande fête populaire qui attire des visiteurs de toute l’Europe.
www.suds-arles.com

Escales au Cargo Juillet
Salle de concert et haut lieu des nuits arlésiennes, le Cargo de Nuit est une institution. Chaque été, en juillet, Les
Escales du Cargo font vibrer encore plus fort les passionnés de musique. On connaît déjà quelques-unes des affiches
de la prochaine édition: Archive et Sébastien Tellier !
www.escales-cargo.com

 

Arles, c’est aussi la Camargue, un espace naturel sauvage, une biosphère unique au monde. Une carte postale grandeur nature : chevaux, taureaux, flamants roses, étangs et rizières à perte de vue. Vaste plaine alluviale née de la lutte incessante entre le Rhône et la Mer Méditerranée, unique delta français de cette ampleur, la Camargue se distingue par la richesse biologique de ses écosystèmes. C’est un site de réputation internationale pour les oiseaux d’eau nicheurs et migrateurs.

 

 

PARC NATUREL REGIONAL DE CAMARGUE, SI SAUVAGE

 

Englobant plusieurs communes, le Parc s’étend sur plus de 100.000 hectares et 75 km de façade maritime. La Camargue est aussi une terre où travaillent des hommes et des femmes. La culture du «Riz de Camargue» est un atout écologique pour la préservation de l’écosystème local. Cultivé ici depuis le 16ème siècle, il a pris son essor dans les années 40. Original aussi, l’élevage du taureau de Camargue, qui fait le délice des plats traditionnels tels que la gardianne. Côté mer, les dunes et les plages constituent une barrière
naturelle tout en étant un milieu fragile et sans cesse en mouvement. La commune d’Arles compte 28 km de plage de sable fin, soit la plus grande plage naturelle de Méditerranée !
Pour sillonner ce territoire, on emprunte les nombreux sentiers de découverte (Mas du Pont de Rousty, La Palissade, La Capelière, les Marais du Vigueirat) et les circuits pédestres ou cyclistes qui permettent de circuler de Salin de Giraud aux Saintes Maries de la Mer.

 

 

SALIN DE GIRAUD, ENTRE SEL ET MER

Le village de Salin-de-Giraud se situe au sud-est du delta de la Camargue, à 40 km du centre-ville. L’exploitation du sel y est ancienne. Mais c’est à la fin du 19ème siècle que le village de Salin-de-Giraud s’est développé près de l’embouchure du grand Rhône avec l’implantation de deux entreprises liées à cette activité, suscitant une forte migration de main d’oeuvre étrangère (grecs, espagnols, arméniens, italiens …). En 1855, un ingénieur chimiste lyonnais, Henri Merle, achète 8.000ha d’étangs et de marais en vue d’alimenter en chlorure de sodium et autres sels, son exploitation de Salindres dans le Gard. En 1895, la société Solvay s’installe à son tour. Le sel
acheté aux établissements Merle permet la fabrication de la soude, élément essentiel à la fabrication du savon de Marseille.

+ d’infos

 

 

 

 

Besoin d’aide ?

Pour organiser votre évènement ?

Notre équipe
est à votre disposition au

04 90 18 41 26

[email protected]
Du lundi au samedi, de 9h à 13h
et de 14h à 18h.

Laissez-nous vos coordonnées,
nous vous contactons :

* champs obligatoires

Vos données personnelles recueillies sur notre site sont considérées comme confidentielles et ne seront utilisées que par les services internes de ArlesEvents.